Tuesday, March 9, 2010

Malik Medjnoun en greve de la faim illimitee!! Lettre au Procureur de Tizi Ouzou

Groupe ACAT de la Presqu’île Saint-Loubès le 8 mars 2010.

13, rue Saint-Aignan

33450 Saint-Loubès







Monsieur le Procureur de la République

Tribunal de Tizi-Ouzou

Rue des frères Sidi Maammer

15000 Tizi-Ouzou







Monsieur le Procureur général,





Notre groupe correspond depuis 5 ans avec Malik Medjnoun actuellement incarcéré à la Maison d’arrêt de Tizi-Ouzou. Dans une correspondance récente, il nous disait sa décision d’entamer une grève de la faim pour attirer sur son cas, l’attention des autorités judiciaires afin qu’un procès permettant de le disculper soit enfin mis sur pied.

Nous n’approuvons pas cette action mettant en jeu sa vie. Mais nous ne pouvons que la comprendre.

En effet, la situation de Malik Medjnoun, détenu sans procès depuis 10 ans et demi est particulièrement inhumaine.

Vous connaissez bien cette situation et nous n’allons pas vous la rappeler dans le détail, mais nous voulons mettre l’accent sur le fait qu’après son arrestation en septembre 99, il disparût pendant 7 mois au cours desquels il aurait été sévèrement torturé à la caserne « Antar » de Ben Aknoun a Alger et qu’à ce jour, ses tortionnaires n’ont pas été inquiétés ; que par la suite, il fût inculpé du meurtre du chanteur Lounès Matoub. A notre connaissance, aucune preuve n’a été apportée contre lui, si bien que le premier juge d’instruction saisie de l’affaire en 2000 a demandé le non-lieu. Par la suite des témoignages fortement litigieux, en particulier de personnes qui auraient été elles-mêmes torturées, furent mises en avant.

Nous n’oublions pas non plus que la situation de Malik-Medjnoun a été soumise au Comité des droits de l’Homme de l’ONU en juin 2004 et que celui-ci a demandé aux autorités algériennes d’amener immédiatement Malik Medjnoun devant un juge pour qu’il soit condamné ou remis en liberté.

Le gouvernement algérien avait alors répondu « que l’affaire devait être soumise incessamment au tribunal criminel de Tizi-Ouzou pour y être jugée »

Vous comprendrez que près de 6 ans après cette déclaration officielle, Malik Medjnoun ait des raisons de désespérer.

Nous vous demandons avec la plus grande insistance :

- de faire connaître publiquement votre décision de tenir ce procès lors de la prochaine session.

- De faire pression sur les autorités qui bloquent le cours naturel des choses pour que l’Algérie respecte tardivement sa parole et que ce procès ait lieu sans tarder.

Nous sommes convaincus que vous-même y trouveriez un grand soulagement.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Procureur de la République, l’expression de notre haute considération.

1 comment:

m said...

Que Dieu te rende justice a toi Malik et a tes parents durant cette vie et dans celle d’après.
Ton Ami Kamel.